09 June 2011

l’accélération de l’histoire

'La guerre civile ethnique sera-t-elle le seul moyen de traîter “à chaud” un problème qui ne pourra plus jamais trouver de solution “à froid”, dans le cadre de l’Etat de droit ou de la démocratie, et de faire effectuer une prise de conscience de la nécessité de résistance et de reconquête ? Entendons-nous bien, je n’appelle pas à la guerre, mais considère sa fatalité comme automatique. Les solutions de “cohabitation rationnelle et pacifique” de type communautariste appartiennent aux croyances enfantines d’intellectuels iréniques et rationalistes, ignorants en sociologie comme en histoire. Ce n’est que le dos au mur, face aux cas d’urgence, dans les crises que les peuples se mobilisent et trouvent des solutions en d’autres temps impensables. Ce fut par la reconquista armée que l’Espagne se débarrassa de l’occupation arabo-musulmane. Mais elle y mit du temps, et, avec l’accélération de l’histoire, on peut en mettre moins. L’essentiel est de se préparer à cette échéance inéluctable.'

Extraits du livre, Pourquoi nous combattons, Guillaume Faye (2001)

2 comments:

Stockton Andrews II said...

None seem willing to be part of a modern Crusade. I suppose civil war is inevitable. Mr.Faye is right (again).

Atkins said...

In no way to detract from the author's argument, but there may be things that seem to make sense in a Romance language that might be less persuasive in a more northern tongue.